Les chroniques de Belen

15 février 2016

La Thaïlande (2ème voyage)

Circuit de décembre 2015

Après 9 H de vol, cette fois depuis Barcelone, en faisant une escale à Dubaï, nous retrouvons Guillaume et Ning à l’aéroport de Bangkok. Nous avons prévu de faire un circuit qui nous mènera du Sud au Nord de la Thaïlande. Ning, de nationalité thaïlandaise, a organisé ce séjour. Nous rencontrerons sa famille et ses amis. Une partie du voyage se fera en voiture avec chauffeur. Pour les longues distances, nous avons pris les lignes aériennes intérieures Air Asia, Thaï Lion air et Thai Smile. Ces compagnies sont ponctuelles, le personnel agréable et les coûts restent modérés. Nous finirons notre voyage, à l’extrême sud du pays, sur l’île de Koh Lipe, accessible uniquement par bateau. 

Ao Nang, baie

 BANGKOK

Nous connaissons la capitale thaïlandaise puisque nous avons séjourné une semaine, en début d’année 2015, à notre retour de Sydney.

En cette mi-décembre 2015, la capitale thaïlandaise se pare des traditionnels sapins de Noël qui relèvent de la culture occidentale. 

Bangkok Sapin de Noël au MBK et Maison aux esprits

Bangkok reste une ville de contrastes, les aspects modernes de la ville coexistent avec la tradition que l’on retrouve le soir avec les vendeurs ambulants. Les touks-touks circulent parmi les 4 X 4, les centres commerciaux côtoient les temples, les sanctuaires et les maisons en teck. Nous avons profité de ces deux jours pour faire du shopping, Ning nous a fait découvrir les galeries commerciales et les marchés, fréquentés par les thaïlandais et j’ai souhaité visiter la maison de Jim Thomson que je n’avais pas pu voir la première fois.

La température, en cette mi-décembre, avoisine les 38°.

Jim Thompson House

Quelques danseuses nous accueillent dès l’entrée. La visite se déroule en français, (il faut se déchausser avant de pénétrer dans les maisons). La guide revient sur la vie de Jim Thomson, son installation en Thaïlande et sa disparition en 1967. On peut admirer toute la collection d’art asiatique réunie par cet américain amoureux de l’Asie. Le complexe se compose de sept maisons thaïes en teck, démontées dans tout le pays et remontées dans un magnifique jardin tropical, le long du Klong Sana Sap.

Jim Thomson House Jardin

Jim Thompson House

Jim Thompson House 2

Jim Thompson House 3

AYUTTHAYA

A 80 km au nord de Bangkok, Ayutthaya fut une capitale pendant 417 ans. En 1767, elle fut mise à sac par l’envahisseur birman. 

Ayutthaya 1

Ayutthaya 2

Ayutthaya 3

 Des moines habitent des maisons en bois qui sont édifiées sur le site.

Maison des Moines

 

Parc historique d’Ayutthaya

La cité a gardé des vestiges historiques. Ces derniers sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1991.

Vestiges d'Ayutthaya 1

Vestiges d'Ayutthaya 2

J & M à Ayutthaya

KANCHANABURI

Située à environ deux heures de route de Bangkok, Kanchanaburi est un lieu de villégiature pour les thaïlandais et les nombreux touristes. Nous avons apprécié les berges de la Mae Nam Kwai et les parcs naturels de ses environs.

 

Ning et Guillaume à Kanchanaburi

 

Pont de la rivière Kwaï

Nous ne pouvions pas ignorer le pont de la rivière Kwaï, immortalisé par le roman de Pierre Boulle et le cinéma américain.

Pont de la rivière Kwaï

Pont de la rivière Kwaï 2

L’endroit très touristique est néanmoins bucolique, la rivière est calme et reposante. C’est un plaisir de s’y promener en barque. Quelques temples sont visibles le long du cours d’eau  et des arrêts sont proposés sur les lieux de mémoire, tel que le cimetière Chungkai War Cemetery.

Guillaume et Ning sur la rivière Kwaï 1

Rivière Kwaï

Rivière Kwaï 2

Cimetière du Commonwealth et Néerlandais

Nous avons résidé pendant ces deux jours de visites autour d’Ayutthaya et de Kanchanaburi dans un lodge traditionnel qui disposait d’un magnifique jardin.

Lodge 1

Lodge 2

Ce fût aussi l’occasion de connaître la famille de Ning qui nous reçut avec authenticité et convivialité autour de repas traditionnels. Nous avons particulièrement apprécié cette rencontre et n’avons pas manqué de participer au traditionnel karaoké qui achève les repas asiatiques. La barrière de la langue s’est estompée rapidement laissant la place au bonheur d’être ensemble. 

 

Famille de Ning 1

Repas chez Ning

Repas chez Ning 1

Chiang Mai

Après 1 H de vol, depuis Bangkok, nous arrivons à Chiang Mai en fin d’après-midi.

La première sensation est la différence de température avec Bangkok, le climat est plus doux et les nuits peuvent s’avérer fraîches en altitude.

L’hôtel, situé dans une ruelle calme, proche de la vieille ville, est surprenant par son aspect traditionnel. C’est une grande maison habillée de teck, des bassins peuplés de gros poissons rouges bordent la salle de restaurant. Une piscine abritée par une importante végétation attire le regard dès l’entrée.

 

Bassin Hôtel Chiang Mai

Bassin Hôtel Chiang Mai 2

 

Le vieux quartier de Chiang Mai est riche d'édifices anciens, s’étalant sur plusieurs siècles.

 

Chiang Mai

 

Chiang Mai Temple 1

 

Chiang Mai Temple 2

 

Chiang Mai Temple 3

 

Chiang Mai Temple 4

 

Une journée  a été réservée pour visiter les temples et le cœur de la vieille ville. Deux autres journées ont été nécessaires pour rayonner sur les villages alentour. Nous nous sommes déplacés en « bath bus » pour les montagnes proches de Chiang Mai et en 4 X 4 pour les endroits plus éloignés.

Le « bath bus » nous a conduits sur les hauteurs de Chiang Mai pour découvrir un village peuplé de tribus montagnardes. En redescendant, un arrêt s’est imposé pour visiter le Bhubing Palais (résidence royale). Son parc floral est reposant. On y trouve un important plan d’eau, une roseraie et une ferme d’orchidées. 

Bath Bus

Jacques et Guillaume à Chiang Mai

Village de montagne 1

 

Ferme d'orchidées 2

Ferme d'orchidées 1

Bébé en prière à Chiang Mai

Bouddha

Bouddha émeraude Chiang Mai

 

Guillaume et Ning au Palais Royal

Le lendemain, nous nous sommes éloignés pour visiter une ferme d’éléphants qui proposaient plusieurs activités touristiques, telles que promenades à dos d’éléphants, descente de rivière en radeau, etc.

 

Elephant isolé

 

Ferme des éléphants

 

Descente de la rivière en radeau

 

Ce périple s’est terminé par la visite d’un village regroupant plusieurs tribus dont notamment la tribu Padong dont les femmes dites « femmes girafes » se laissent photographier et vendent l’artisanat local. Je n’ai pas voulu les photographier par respect de leur culture.

 

Village Padong 1

 

Village Padong 2

 

Village Padong 3

Village Padong 4

 

Chiang Mai est une belle ville qui a su conservé son charme traditionnel. Ses environs offrent de beaux espaces naturels boisés qui permettent toutes sortes d’activités.

Krabi

Deux heures de vol sont nécessaires pour atteindre Krabi au départ de Chiang Mai. La région de Krabi est une des plus belles régions de Thaïlande. Elle se distingue par son relief verdoyant, ses plages et la proximité des centaines d’îles, notamment Koh Phi Phi et Koh Lanta.

 

Plage de Krabi

 

Nous avons séjourné à Ao Nang. C’est une baie à l’ouest de Krabi dont la côte est parsemée de plus de 80 îlots.

Ce fut une étape de détente dans un cadre agréable. L’hôtel donnait directement sur la plage où les embarcations nous permettaient de rejoindre les différentes îles. Quelques singes sauvages sont présents sur la plage en allant vers la falaise. Ils quémandent de la nourriture et essaient d’ouvrir les sacs pour les plus hardis.

Les magasins et les restaurants du bord de mer sont tenus par une majorité d’indiens et l’on trouve de nombreux salons de massages thaïlandais tout au long de cette promenade.

 

Plage Ao Nang 1

 

Singe sur la plage Ao Nang

 

Singe sur la plage Ao Nang 2

Plage d'Ao NangAprès deux jours de repos, nous avons mis 4 heures pour rejoindre Pak Bara par la route. Cette localité côtière dont l’intérêt principal est la gare maritime permet de rejoindre l’archipel de Koh Tarutao, Koh Lipe.

Koh Lipe

 

koh lipe boat

 

Notre arrivée sur l’île a été des plus mouvementées. Une tempête tropicale s’est levée pendant la traversée. Les vagues et la pluie nous ont arrosés copieusement dans le « speed-boat » que nous avions pris.

 

Arrivée à Koh Lipe

 

Il n’y a pas d’embarcadère à Koh Lipe. Les bateaux débarquent leurs passagers sur la plage. Il faut prévoir de se mouiller les pieds et plus en cas de tempête. Cette mésaventure passée, nous avons apprécié le calme et les magnifiques paysages côtiers. L’île se découvre à pied et notre hôtel, situé directement sur la plage, permettait de partir directement sur le sable. Plusieurs activités sont proposées dont la plongée et la navigation qui permet de rejoindre un nombre important d’îles, sur des embarcations traditionnelles.

 

Plage de Koh Lipe 1

 

Koh Lipe plage

 

Hôtel Koh Lipe sur la plage

 

Hôtel Koh Lipe au bord de la piscine

 

Guillaume et Ning à Koh Lipe

 

Ce séjour insulaire marquait la fin de notre circuit en Thaïlande de plus de 3500 km.

C’est à regret que nous avons rejoint l’aéroport international de Hat Yai, après deux heures de route depuis le port de Pak Bara.

Notre destination finale étant Bangkok. Nous avons repris l’avion pour Barcelone et les enfants à destination de Sydney.

Notre second séjour en Thaïlande confirme notre plaisir de connaître ce pays alliant modernité et tradition où les habitants sont accueillants et chaleureux.

Nous reviendrons, c’est certain.

 

Embarcation sur la plage de Koh Lipe

 


06 mars 2015

Phuket (Thaïlande)

A 900 kilomètres au sud de Bangkok, Phuket est la plus grande île de Thaïlande. Reliée au continent par une route, sa côte bordée de plages de sable blanc et de baies paisibles est baignée des eaux de la Mer Andaman.

Iles Semilan

Karon Beach

Nous avons loué un appartement sur les hauteurs de Karon Beach. Le complexe est construit à flanc de colline. Entouré d’une végétation luxuriante, l’appartement domine la mer. La plage et les commerces sont accessibles à pied.

Karon, contrairement à Patong (la plus populaire des plages), est une station balnéaire paisible, plutôt familiale. Nous avons profité de sa belle plage de sable et des promenades que l’on pouvait pratiquer.

De nombreuses activités nautiques sont proposées. Nous avons bénéficié du climat en saison sèche, la température a été constante, environ 32°, l’eau de mer aux alentours de 27°.

Plage de Karon 1

Plage de Karon

Karon

Une autre vue de Karon

Stand de fruits à Karon

 

Bus à Karon

Piscine à l'appartement de Karon

Tuk Tuk à Karon

Les îles Similan

Les neuf îles qui composent cet archipel sont préservées sous la forme d’un parc national maritime qui s’étend sur 12 000 hectares.

Nous avons mis 1 H 30 pour nous y rendre en speed boat, il faut trois heures sur une embarcation courante.

Les îles sont formées de granit, ce qui leur confère une rare beauté. Ces îles sont connues pour les trente sites de plongée disséminés dans l’archipel.

On y trouve des murs de coraux, des récifs, des éponges et des passages sous-marins. Des zones peu profondes offrent d’excellentes conditions pour la plongée avec tuba. Notre fils a pratiqué le snorkeling et pris les photos des fonds marins.

Iles Semilan 1

Iles Semilan 2

Iles Semilan 3

Fonds marins

Les fonds marins 1

Les plongeurs

Notre séjour à Karon a été reposant. Nous avons opté pour une semaine de détente qui nous a permis de profiter de la plage et des activités liées à la mer.

Notre voyage débuté à Dubaï, s'est poursuivi en Australie puis en Thaïlande et s'est achevé à Bangkok où nous avons repris l'avion pour rentrer en Europe.

Le plus dur est de revenir, car quand on voyage on se sent étranger à son pays. Ecrire son voyage est une façon de le revivre et de le partager. Merci à ceux qui m'ont lue.

Posté par Heminguay à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 mars 2015

La Thaïlande (Le pays du sourire)

Après 9 H 30 de vol depuis Sydney, nous arrivons à l’aéroport de Bangkok où nous attend notre fils ainé, grand voyageur dans l’âme, qui a souhaité nous accompagner dans ce périple asiatique.

La Thaïlande, le pays du sourire, c'est ainsi que l'on dénomme ce pays.

Le pays du sourire

BANGKOK

L’atmosphère est particulière, la chaleur est étouffante (plus de 30°), le ciel est chargé d’humidité, nous sommes pourtant en saison sèche, ce 31 janvier. On ressent la proximité de l’équateur et Bangkok est une mégalopole où la concentration de véhicules est importante. La ville grouille en tous sens, le rythme est rapide, les klaxons des voitures et tuk tuk (qui se prononce touk touk) se font entendre.

La ville est aujourd’hui le centre spirituel, culturel, diplomatique et commercial de la Thaïlande. Elle s’étend sur plus de 1500 km² et compte plus de dix millions d’habitants.

Les trottoirs sont encombrés d’échoppes et de badauds qui circulent, s’arrêtent, discutent. Ville animée, emplie de paradoxes, buildings cossus et luxueux au pied desquels les bazars sont modestes.

Les rues de Bangkok

La circulation à Bangkok

Les buildings de Bangkok 

Les échoppes dans la rue à Bangkok

Bangkok compte 400 temples bouddhistes, des palais, de nombreux centres commerciaux et ravit les visiteurs par son mode de vie traditionnel.

Les petites Maisons des Esprits à l’entrée des édifices, des centres commerciaux et des hôtels attirent mon attention. En Thaïlande, la présence d’une Maison des Esprits est pratiquement obligatoire pour chaque construction. Elle est proportionnelle à la demeure qu’elle protège. Cette maison se présente sous forme de maison thaïe traditionnelle miniature, elle est destinée à protéger les habitants des lieux, en éloignant les mauvais esprits.

La Maison des Esprits doit être installée avant le début des travaux de construction. Elle doit être placée en hauteur, à l’extérieur du bâtiment, près de la porte principale, orientée au Nord, en dehors de la zone d’ombre projetée par la maison. La nourriture, les boissons, l’encens et les fleurs sont donnés en offrandes quotidiennement. Voici quelques Maisons des  Esprits que j'ai photographiées dans les rues de Bangkok.

Maison des Esprits

Maison des Esprits devant un building

Maison des Esprits devant notre hôtel

Nous avons commencé notre visite par le site le plus important : le Grand palais et Wat Phra Kaeo (le Temple du Bouddha d’Émeraude).

Ce lieu abrite plusieurs monuments, dont des temples ornés aux styles architecturaux différents. Au cœur du site se trouve le Wat Phra Kaeo abritant le Bouddha d’Émeraude. Cette représentation de Bouddha est la plus vénérée de Thaïlande. D’autres monuments situés dans l’enceinte du Grand Palais méritent également une visite.

Je ne vais pas tous les citer, au risque de devenir une rédactrice de guide touristique, le but étant de vous faire partager notre voyage.

Une foule énorme de touristes, en majorité asiatique, se bouscule dès l’entrée. Le lieu revêt une dimension spirituelle identitaire.

Les touristes à l'entrée du Grand Palais

Nous nous insérons dans une file d’attente, après avoir pris les billets d’entrée, pour louer un pantalon et une chemisette. Une petite caution est demandée qui nous sera restituée à la sortie. Les épaules des femmes doivent être couvertes et les hommes doivent porter des pantalons.

Temples du Grand Palais 1

Temple du Grand Palais 2

Temple du Grand Palais 3

 

Temple du Grand Palais 4

 

Les détails d'un temple du Grand Palais

Temple

Après plus de trois heures de visites des différents palais, temples et musées, nous reprenons la direction de l’embarcadère pour reprendre le bateau bus, le Chao Phraya Express Boat qui nous ramènera à l’embarcadère de Sathorn. Le retour est quelque peu épique, nous sommes nombreux et l’embarcation prend quelques libertés avec la stabilité.  À l’aller, nous avons pu admirer les hôtels de luxe qui bordent le fleuve dont le plus célèbre : le Mandarin Oriental. Les berges présentent des disparités, de très beaux hôtels côtoient des bâtiments anciens et délabrés.

 

Les rives du fleuve

 

Les rives du fleuve 1

 

Mandarin Oriental

 

Cette première visite nous ravit. L’endroit trop fréquenté nous porte à choisir des lieux de visites moins courus qui sont néanmoins très intéressants.

E et J devant l'entrée du Grand Palais

Le sanctuaire ERAWAN

Nombreux sont les Thaïlandais et touristes asiatiques en quête de chance à visiter ce sanctuaire, réputé pour son pouvoir d’exaucer les vœux. Les fidèles offrent des guirlandes de fleurs et des fruits, tout en priant devant la statue à quatre têtes du dieu hindou Brahma, afin de lui rendre hommage. Pour accompagner leurs vœux, les fidèles organisent des spectacles de danses classiques thaïlandaises, accompagnés de musique. Les nuages de fumée d’encens s’élèvent du sanctuaire. Cet endroit se trouve à l’angle de deux artères où circulent des véhicules, chapeautées par les lignes aériennes du train.

Les offrandes à ERAWAN

Les danseuses de ERAWAN

 Thaïlande Cultural Center

Plusieurs espaces dans ce centre culturel. Une grande salle de spectacle où sont données régulièrement des représentations de danse et d’opéra. Nous avons assisté à un divertissement de chorales enfantines. Très animé, ce spectacle d’enfants mettait en scène des tout petits dans leurs uniformes colorés représentant chaque institution éducative.

Une exposition permanente est ouverte dans une aile du bâtiment, l’entrée est gratuite. On y trouve plusieurs thématiques : l’origine de la Thaïlande, sa culture, la religion, l’histoire du royaume de Siam. Un espace est dédié à la culture du riz avec des photos et des films. Du mobilier ancien thaïlandais et des maquettes achèvent la visite.

Danses thaïlandaises 1Wat Saket (le Temple du Mont d’Or)

Ce temple de 58 mètres de haut, surmonté d’une coupole dorée, abrite une relique de Bouddha. Les visiteurs peuvent y accéder en montant 318 marches. La coupole dorée est entièrement recouverte de petits carrés dorés qui réfléchissent les rayons du soleil, d’où son nom de Temple du Mont d’Or.

Depuis l’enceinte du site, les touristes peuvent profiter de la vue panoramique.

Montée vers War Saket

Wat Saket

Wat Saket 1

Vue du sommet de Wat Saket

Temple de côté

 

Vue sur Bangkok de Wat Saket

Bangkok Art and Culture Center

Le centre se situe dans un bâtiment blanc ultramoderne. Il est dédié à l’art contemporain, tant au niveau de l’art, du cinéma, de la musique, du théâtre ou encore du design. Des présentations sont proposées tout au long de l’année. Le Japon était à l’honneur lors de notre venue. Parallèlement, à l’exposition temporaire, j’ai été ravie de découvrir la créativité dont faisaient preuve les jeunes thaïlandais, tant au niveau du design que de la peinture ou de la photo, à travers les différentes galeries.

 

Centre d'Art Contemporain

 

Entrée du Centre d'Art Contemporain

 

La cuisine Thaïe et asiatique

La cuisine thaïlandaise est connue mondialement, elle revêt une extrême importance. Elle joue un rôle important dans la socialisation et les Thaïlandais aiment se retrouver autour d’un bon repas. Cette cuisine est différente de celle que l’on nomme « Thaïe » en Europe. Certes, les goûts sont généreux, les épices aussi. J’ai eu quelques difficultés à apprécier l’huile que je pense être de palme (ou un mélange d’huiles) et qui prédomine dans tous les plats.

D’autres cuisines asiatiques sont présentes : chinoise, japonaise, vietnamienne. Les soupes de nouilles asiatiques sont excellentes. La cuisine japonaise a remporté ma préférence. Le choix est important, beaucoup de restaurants, de plateformes avec de multiples restaurants dans les centres commerciaux et les échoppes de rue, pour les amateurs.

Les massages traditionnels thaïlandais

Ce type de massage thérapeutique est renommé pour réduire les tensions musculaires et procure une sensation de bien-être corporel.

Les salons de massages sont multiples. Des plus sérieux ou plus douteux. J’ai opté pour un massage des pieds relevant de la réflexologie plantaire. Les mains sont également massées et les points sensibles détendus. Ce fut un moment de détente, dans un cadre paisible.

Les hôtels qui disposent d’un spa proposent des massages thaïlandais et l’on trouve des centres de massages dans tous les centres commerciaux.

Shopping

Nous avons fréquenté les galeries commerciales modernes proches de notre hôtel où les prix étaient fixes. Outre les commerces, elles avaient l’avantage de proposer de multiples restaurants et un air conditionné aux heures les plus chaudes. Les étals de rue sont nombreux et présents dans tous les quartiers de Bangkok. Les prix sont bas, le marchandage est une habitude sur les marchés.

Nous nous sommes rendus au marché du week-end de Chatuchak. C’est un lieu incontournable où l’on peut acheter toute sorte de produits. Ce qui m’a plu dans ce marché immense, ce sont les allées où l’on trouve des artistes professionnels et amateurs présentant leurs œuvres.

Le MBK est également un centre commercial connu et apprécié des touristes. On peut y acheter des produits thaïlandais à des prix intéressants. Les prix ne sont pas toujours bas. Le marchandage s’avère nécessaire si un article plait. Cet espace commercial comporte plusieurs restaurants proposant diverses cuisines asiatiques.

 

MBK

L’identité thaïlandaise s’appuie sur une culture ancestrale. Épargnée par la colonisation occidentale, la Thaïlande contemporaine cultive une culture exotique qui attire bon nombre d’Occidentaux. La royauté demeure un véritable symbole national. C’est un peuple très religieux, imprégné des enseignements du bouddhisme qui confèrent aux habitants une philosophie de vie et une certaine sérénité. Les Thaïlandais sourient en toute occasion, même en cas de problème.

Nous avons apprécié leur calme, leur sympathie emprunte d’une réserve naturelle. Les contacts ont été facilités par une attitude positive qui fait s’évaporer la barrière de la langue.

 

Tuk Tuk

 

 

Posté par Heminguay à 19:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 février 2015

Les Blue Mountains

Une journée aux Blue Mountains

Nous avons quitté Sydney pour découvrir les montagnes bleues qui se situent à environ 100 km à l’ouest de la ville. Ces montagnes sont constituées de falaises, de vallées profondes et de cascades. Elles sont recouvertes d’une forêt d’eucalyptus qui apporte une légère brume bleutée, ce qui donne son nom aux montagnes. Cette brume provient de l’évaporation de l’huile des eucalyptus.

Panorama

Le Blue Mountains National Park permet de pratiquer des randonnées et de découvrir des paysages fantastiques, des canyons et des falaises.

Katoomba est la principale ville de la région. De l’Écho Point, la vue spectaculaire sur la Jamison Valley permet d’apercevoir les formations rocheuses des Three Sisters.

Beaucoup de cars de touristes arrivent sur ce point de vue, mais plusieurs promenades, assez courtes, partant de cet endroit, nous permettent d’échapper à la foule touristique.

Echo Point

 

 

Hommage à ceux qui ont construit les chemins d'accès

 

Cascade 1

 

Cascade

Falaise

Fougères

Les falaises

Three sisters 1

Randonnée dans les Blue Mountains

Les randonneurs

 

Nous avons quitté l’Australie, à regret, le 31 janvier 2015 pour poursuivre notre voyage en Thaïlande (une autre découverte).

Que dire que : c’était fabuleux, riche de découvertes et de rencontres. Nous n’avons vu qu’une petite partie de ce continent,  il nous reste à découvrir Perth, Cairns, la Grande barrière de corail et tant d’autres lieux. Un seul voyage ne suffit pas. L’Australie, et surtout Sydney, c’est avant tout un état d’esprit, une multiculturalité qui s’inscrit dans une société progressiste, une indépendance, le respect des autres et surtout, pour moi, une évidence.

Posté par Heminguay à 19:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

SYDNEY - Les plages

Manly

C’est une presqu’île à l’embouchure de la baie de Sydney. C’est, également, le seul endroit où l’on peut venir en ferry depuis la baie pour nager dans l’océan. On peut s’y balader entre nature et océan, le long de la plage, des piscines d’eau de mer et des terrasses de café. Des rues piétonnes, bordées de maisons victoriennes et de palmiers, alignent leurs cafés, restaurants, magasins, galeries d’art.

Plage de Manly

 

Manly

Une autre plage de Manly

Zone piétons de Manly

Les water dragons, espèce protégée, sont nombreux dans les rochers où ils nichent.

Water dragon

 

Nous avons pris le ferry pour nous rendre à Manly, voici quelques vues prises du ferry.

Retour en Ferry

Royal Botanic Gardens vus de l'océan

 

Arrivée à Manly

Bondi Beach

La plage la plus célèbre, le paradis des surfeurs, est un croissant de sable où les courants marins sont souvent traitres et les déferlantes capricieuses.

Nous avons pris au sud de la plage et au sommet de la falaise, le Bondi to Cogee Clifftop Walk (5,5 km). C'est un sentier rejoignant Coogee Beach en passant par Tamarama, Bronte et Clovelly. Le chemin est pourvu de vues panoramiques, de belles plages, de piscines naturelles. Des aires de repos proposant tables, sièges et barbecues sont disposées le long des plages.

Bondi Beach

Le chemin qui borde l'Océan Pacifique

Les falaises de grès

Les surfeurs attendent la bonne vague

 

Aires de repos en bord de plage

Guide de réanimation

 Tamarama et Coogee

Le chemin côtier nous amène d’abord à Tamarama Beach. Puis, nous découvrons Bronte Beach, plus familiale, qui attire les surfeurs. Nous retrouvons une grande aire de pelouse avec des abris équipés de barbecues. De nombreux restaurants et cafés nous permettent de faire une pause. Sans le savoir, nous déjeunons dans un restaurant tenu par un jeune français, installé en Australie depuis 7 ans. C’est une belle rencontre. Le déjeuner est bon et nous échangeons sur sa vie en Australie et sur notre séjour. Nous quittons notre hôte qui nous a donné des informations sur la région et arrivons à Coogee qui comporte une plage très étendue. Beaucoup de boutiques, cafés et restaurants. Nous nous arrêtons dans l’un deux, de style industriel, lieudit « branché » qui diffuse du jazz en continu.

Gordons Bay

La côte 1

La côte

 

Les différentes espèces de Gordons Bay

 

 

 

Tamarama Beach

 

Les maisons en bord de mer à Tamarama

 

Bistrot branché à Cogee Beach

Les plages de Sydney sont fabuleuses, leur relief change constamment. On passe d’une falaise de grès à une plage de sable ou à des piscines creusées dans la roche. Des petites baies permettent de nager calmement sans recevoir les rouleaux de l’Océan Pacifique. Les Australiens apprécient ces plages où ils pratiquent plusieurs sports. J’ai remarqué qu’ils font très attention aux rayons du soleil et qu’ils ne sont pas tellement bronzés. Les campagnes de prévention sur le cancer de la peau ont été convaincantes. Les enfants sont protégés par des vêtements adaptés au soleil et à la baignade.

Nous sommes retournés à Coogee pour profiter de la plage. L’eau du Pacifique n’était pas très chaude, mais se baigner en janvier dans l’Océan, quel bonheur !

Posté par Heminguay à 17:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


27 février 2015

Sydney (les autres quartiers)

Nombreux sont les quartiers qui restent à citer. J’ai choisi les plus importants et opté pour celui qui remporte ma prédilection.

La CITY et Chinatown

Le cœur de la ville correspond à la City, certains le situent à Martin Place, c’est aussi le quartier des affaires appelé le Central Business District. On y trouve des gratte-ciel qui se juxtaposent à d’anciens bâtiments victoriens rénovés. Beaucoup de centres commerciaux, avec leurs galeries couvertes anciennes et modernes. Le plus célèbre étant le Quenn Victoria Building qui offre un cadre exceptionnel. Les grandes enseignes internationales et australiennes sont présentes, notamment le luxe français.

On trouve aussi l’hôtel de ville datant de 1874, Town Hall. Tout près la cathédrale anglicane la plus ancienne du pays, St Andrew’s Cathedral.

Dans la continuité de la City, on arrive à Chinatown marqué par plusieurs portes à l’architecture typique qui ouvrent sur le quartier. C’est le royaume des restaurants asiatiques, des boutiques d’informatique et du shopping en général. Sans oublier son marché couvert qui propose une multitude de produits : textile, chaussures, sacs, accessoires. Une partie de ce marché est dédiée à l’alimentaire.

Oxford Street

Sydney Post Office

 

Georges Street

 

La city - Immeuble victorien

Town Hall

 

Quenn Victoria Market

 

Quenn Victoria Market 1

 

Chinatown-1

 

Chinatow - Le marché couvert

Darling Harbour

Les anciens docks ont fait l’objet d’une complète métamorphose. Les usines, hangars et chantiers navals ont laissé place à un vaste front de mer touristique. On y trouve l’aquarium et son musée maritime. Le pont qui mène des quais au Harbourside Centre (Centre commercial), le Pyrmont Bridge, s’emprunte à pied.

Chinese Garden of Friendship

Aménagé suivant les principes du Yin et du Yang, ce jardin est une oasis de tranquillité dans l’effervescence de Darling Harbour.

Darling Harbour - Les anciens docks

Darling Harbour - Le pont

Sur le pont de Darling Harbour

Darling Harbour - Chinese Garden

 

Kings Cross

Nous avons passé une soirée dans ce quartier prisé par une clientèle jeune et branchée.

C’est un peu la zone rouge de Sydney avec ses discothèques et ses boites de strip-tease. L’autre visage du « Cross », ce sont les nombreux bars, restaurants et pubs. Nous avons dîné dans un pub typiquement « anglais », deux musiciens jouaient de la country, l’ambiance était sage dans un coin réputé être agité. L’endroit est connu des jeunes voyageurs puisqu’il concentre un grand nombre de backpackers (auberges de jeunesse).

À deux pas de cet endroit se trouvent les beaux quartiers de Victoria St et Kellet St, étonnamment calmes.

Kings Cross

 

Newtown

C’est le quartier le plus alternatif de Sydney. Il conjugue une apparence branchée et une joyeuse mixité : couples, familles, célibataires, gays, gothiques, rastas, diverses communautés asiatiques ou indiennes, etc.

Newtown incarne un idéal bohème fait de bricolage, de récupération et d'astuces. Situé dans l'ouest de Sydney, ce quartier magnifie au quotidien la débrouille. Il n’est pas rare de voir des objets déposés dans un endroit précis, dans une rue, afin qu’ils puissent être récupérés par des personnes qui en auraient besoin. Les cafés, galeries, théâtres, boutiques et petites salles de spectacle de Newtown font du végétarisme, du végétalisme et du régime biologique ou crudivore une norme. Les restaurants plus classiques sont nombreux : asiatiques en majorité, grecques, mexicains, espagnols, libanais, italiens. Quelques jeunes femmes affichent des colorations de cheveux qui vont du jaune poussin, au bleu électrique, en passant par le rose fuchsia. La mode vestimentaire s’appuie, pour certains, sur les années 50, d’autres choisissent les seventies ou simplement une mode de rue intrinsèque à chaque profil. Chacun affirme sa personnalité comme il le désire.

C’est, cette liberté de vie qui m’a séduite, cette indépendance et la tolérance qui l’accompagne. King Street est l’artère principale, les rues adjacentes sont peuplées de maisons victoriennes avec leurs jardins. Il nous est arrivé de rentrer le soir tard, en toute sécurité. Le seul inconvénient ce sont les avions. Les pistes de l’aéroport sont proches, selon les vents, cela peut être une gêne.

Sans aucun doute, c’est mon quartier préféré, celui où nous logions dans une rue calme qui donnait sur King Street et où je me suis sentie chez moi.

Newtown - King Street 1

Newtown - King Street 2

Newtown - King Street 3

Rue de Newtonw

SDC16695

Newtown - Passagère du bus

Posté par Heminguay à 17:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 février 2015

SYDNEY (la suite)

Opéra – Royal Botanic Gardens – Hyde Park & Hyde Park Barracks Museum 

Opéra

Avec son emplacement exceptionnel sur la baie et son architecture si particulière en forme de voiles ou, selon les imaginaires, de coquillages, l'Opéra de Sydney reste encore aujourd'hui l'une des images emblématiques de l'Australie.

Le complexe renferme cinq salles de spectacle dédiées à la danse, la musique, l’opéra et au théâtre. L’édifice est classé au patrimoine mondial de l’humanité. Les larges promenades aménagées tout autour du bâtiment offrent de très beaux points de vue sur la baie. Des photos ont été prises lorsque nous l’avons survolé, lors de notre sortie en hélicoptère, le 17 janvier.

Opéra en forme de voiles de bateau

Opéra vue d'hélicoptère

Voute de l'Opéra

En traversant le parvis, on arrive devant l’entrée du Royal Botanic Gardens (Jardin Botanique).

Royal Botanic Gardens

Cet espace verdoyant créé en 1816 pour servir de potager à la ville, couvre environ 30 hectares. Les espèces végétales sont diverses et leurs tailles impressionnantes. S’ajoute une remarquable collection de plantes exotiques C’est un endroit calme qui borde l’activité trépidante de la City. Les vues sur la baie sont splendides. Une belle bâtisse y est édifiée, en son centre, c’est la maison du gouverneur.

L'endroit est peuplé d’une faune abondante : des chauves-souris géantes à têtes grises, des cacatoès blancs à crête jaune, des ibis, …

Les pelouses ne sont pas interdites et l’on peut y paresser. À l’extrémité nord, se trouve un promontoire rocheux qui permet de voir l’activité de toutes les embarcations sur la baie.

Jardin Botanique 0

 

Jardin Botanique 1

Jardin Botanique 2

Jardin Botanique 3

Jardin Botanique et Ibis

Maison du Gouverneur

Hyde Park

Hyde Park est un espace de verdure construit selon le modèle traditionnel des parcs anglais : allées de promenade, bancs, pelouse, fontaine ornementale, jardins cultivés. Il est entouré par le Sydney des affaires et permet de s’y retrancher pour une pause-déjeuner ou pour un moment de détente.

Hyde Park

 

Hyde Park 1

Hyde Park Barracks Museum (Musée des Hyde Park Barracks)

Ce musée se situe dans les casernes construites en 1819 pour héberger les prisonniers masculins britanniques. Les hamacs des prisonniers sont disposés dans l’un des dortoirs. 

En 1848, les casernes devinrent le dépôt d’immigration des femmes célibataires. Des témoignages poignants de leur vie sont restitués dans les dortoirs. Une présentation des lits en fer et de leurs vêtements rappelle leur passage dans ces casernes. Les monographies en audio et des photographies évoquent les parcours de vie de ces femmes ayant quitté la Grande-Bretagne ou l’Irlande dans l’espoir d’une vie meilleure.

Cet endroit devint ensuite un hospice pour femmes infirmes et pauvres, puis de 1887 à 1979 des tribunaux et bureaux gouvernementaux s’y installèrent.

Ce site chargé d’histoire raconte la vie quotidienne des prisonniers et des premiers occupants de la colonie.

Hyde Pak Barracks

Hamacs des dortoirs

 

Monographie de Mary McCarthy

 

Juste à côté de ce musée St Mary's Cathedral

Sr Mary's Cathedral

 

25 février 2015

SYDNEY

Comment aborder cette ville qui n’est pas la capitale de l’Australie (la capitale étant Canberra) mais que l’on cite en référence chaque fois que l’on parle de l’Australie, et cela à juste titre. Sydney est la ville la plus peuplée d’Australie, elle fut fondée en 1788 par le capitaine Arthur Philipp, commandant de la première flotte venant du Royaume-Uni, pour en faire une colonie pénitentiaire.

Je commencerai par un cliché en publiant une photo de l’Opéra et de Harbour Bridge.

L'Opéra vue de Harbour Bridge et la baie

Harbour Bridge

 

Je reviendrai en détail sur les différents quartiers visités et sur celui où nous avons résidé.

Le coup de cœur est réel, c’est une ville fantastique, jeune, ouverte sur l’Océan Pacifique à travers sa magnifique baie. Seul le quartier de la City entouré de ses tours et de ses arcades commerciales, où règnent les activités professionnelles, engendre un rythme soutenu. Sydney s’organise autour de faubourgs qui se distinguent par leur tranquillité, un art de vivre et une architecture composée de maisons victoriennes et d’immeubles peu élevés. Ils évoquent une vie décontractée et sont restés à échelle humaine. C’est également une ville étendue, cosmopolite, multiculturelle. Elle peut être protéiforme et se singularise par des quartiers tels que : Chinatown (dans la continuité de la City), Surry Hill, Kings Cross, Paddington, Darling Harbour (les anciens docks), Newtown (mon préféré, celui où nous avons résidé), les Rocks, etc…

La City vue de Harbour Bridge

 

 

Maisons Victoriennes

Les Rocks

Le plus ancien quartier, enclave historique, le site de la première colonie britannique de Sydney (fin du 18èmesiècle). Ce quartier borde Port Jackson, fait face à l’Opéra qui se trouve de l’autre côté de la baie et à Circular Quay, sur le côté. Il se situe au pied de Harbour Bridge. Ce quartier a été restauré et reste très touristique. C’est un lieu vivant où se côtoient restaurants, pubs, café, boutiques et musées.

Les Rocks sur la baie

 

Les Rocks et la City

Nous avons visité le Rocks Discovery Museum (l’entrée est gratuite). Il propose un aperçu interactif de la vie de la population, notamment des premiers habitants aborigènes.

Lors de la visite, un guide nous a proposé de découvrir deux anciennes habitations du quartier. Une belle et grande maison datant du 19ème siècle, construite par un des premiers colons et une maison plus modeste qui témoignent, toutes deux, d’un mode de vie souligné par les classes sociales.

Maison du 19ème siècle

Une ruelle des Rocks

 

Une originalité des Rocks

Nous nous sommes promenés dans les ruelles en passant devant l’Australian Hotel qui date de 1914 pour poursuivre et emprunter l’escalier du pilier sud-est de Harbour Bridge. C’est à pied que le pont offre les plus belles vues sur la baie, les perspectives ne sont pas satisfaisantes en voiture ou en train.

Australian Hotel

Pilier de Harbour Bridge

Nous redescendons vers les Rocks pour terminer notre visite et entrevoir la plus vieille maison de Sydney, le modeste Cadmans Cottage, construit vers 1815-1816 pour John Cadman, timonier d’un bateau du gouvernement britannique.

Les Rocks

 

 

Cadmans Cottage

 

Les Australiens sont accueillants et disponibles. À plusieurs reprises, nous nous sommes arrêtés dans les rues pour regarder notre plan afin de nous situer, spontanément un piéton se proposait de nous aider sans que nous n’ayons formulé de demande. L’anglais est indispensable et malgré notre anglais approximatif, tout a été facile dans nos échanges. Il est vrai que je dispose d’autres langues latines que j’ai utilisées, notamment l’espagnol, les Sud-Américains sont nombreux en Australie, les Italiens ou leurs descendants aussi. Ce qui a occasionné de belles rencontres.

L'Opéra

Posté par Heminguay à 16:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

24 février 2015

New South Wales (Nouvelles Galles du Sud) AUSTRALIA

7 - 10 janvier 2015

Treize heures de vol dans un Airbus A 380, quelque peu fatigués, nous voici arrivés à l’aéroport de Sydney.

Première impression : Il est 7 h du matin, c’est l’été, une belle lumière estivale s’étire sur la ville et déjà la température grimpe.

Un passage dans la City pour découvrir l’appartement de notre fils, puis nous reprenons la route vers le sud des New South Wales.

Trois heures de route, quelques haltes pour se reposer, car la nuit a été courte, et nous arrivons à St Georges Basin pour prendre possession de notre location, un lodge avec vue sur l’Océan Pacifique, situé dans la baie de Jervis.

Lodge St Georges Basin

 

SDC16153

Jervis Bay est entourée par le Booderee National Park, St Georges Basin et l'Océan. La zone est riche en patrimoine aborigène et une importante faune australienne indigène y prospère, dans l'eau comme sur la terre.

Le Booderee National Park est détenu par la Communauté aborigène de Wreck Bay et a toujours constitué une terre importante pour le peuple indigène des Koori. « Booderee » est un mot aborigène signifiant « baie d'abondance » ou « abondance de poissons ».

Cette baie est une combinaison unique de paysages côtiers, marins et continentaux.

Jervis Bay

Nos randonnées dans le Booderee National Park nous immergent dans des forêts d’eucalyptus d’une taille impressionnante. Les chemins mènent vers l’océan et longent des lacs où les pélicans nagent tranquillement. Le calme est parfois troublé par le bruit strident de quelques oiseaux que nous ne voyons pas, la hauteur des arbres nous les cache.

Parc national

Plage

 

Plage de sable blanc

Aires de repas et barbecue

Forêt d'eucalyptus vers l'Océan Pacifique

 

Panoramique plage

 

Pélican sur le plan d'eau

Le lendemain à une centaine de kilomètres, nous découvrons un autre parc national le Murramarang National Park. La forêt présente d’autres espèces d’arbres. Les palmiers se mêlent aux cycas, les fougères immenses s’élèvent vers le ciel,  tout est grand, la nature est généreuse.

Panneau Murramarang Park

DSCF6384

 

Murramarang National Park

 

Murramarang National Park 3

Murramarang National Park 2

Nous rencontrerons les premiers kangourous deux jours après notre arrivée. Au bord d’une plage du Pacifique, dans un bois, ils se prélassaient et visiblement nous les gênions. Nous sommes restés à bonne distance et ils se sont déplacés tranquillement, sans grande énergie.

Kangourous 2

 

DSCF6378

Les oiseaux multicolores se sont montrés au détour d’un chemin, leurs cris aigus nous ont permis de les repérer.

Oiseaux multicolores

Les aires de repos disposent de barbecues et sont présentes dans tous les parcs nationaux. Les forêts sont si vastes qu’il est rare de croiser des randonneurs, toutefois, nous en avons croisé quelques-uns. C’est sur les lieux de repas que nous avons rencontré des Australiens en vacances et quelques touristes étrangers, dont des Français.

Des espaces réservés au camping étaient occupés par les vacanciers. Tous ces parcs sont équipés pour permettre aux visiteurs d’être au plus près de la nature et de profiter de l’environnement.

Plan d'eau

Au bord d'un port de pêche, des pélicans et des mouettes se disputent les restes de poissons que leur donne un pêcheur.

Port de pêche

Pélican sur le port de pêche

Ces quatre jours passés au sud de l’état des New South Wales nous ont permis d’apprécier cette nature riche, authentique et préservée. C’est une approche intéressante pour s’imprégner de l’atmosphère du continent australien et de ses grandes étendues. Nous aurons parcouru environ 1000 kilomètres (aller et retour) tout en restant dans un seul état.

Posté par Heminguay à 09:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 février 2015

Voyage vers l'hémisphère sud

Nous sommes partis avec notre fils qui était venu nous rendre visite en Europe.

C’était pour lui son voyage de retour à Sydney (Australie) où il vit et travaille depuis deux ans.

Pour nous, une découverte de tous les instants.

 

Première étape du 5 janvier 2015 : Une journée à Dubaï

Après 6 heures d’avion, au départ de Barcelone, nous arrivons à Dubaï où nous vivons une journée de découvertes et d’activités.

Située sur le golfe persique, Dubaï est la capitale de l’Émirat de Dubaï. C’est une agglomération importante et, en ce début du mois de janvier, la température est douce (environ 26°). Dès le matin, la lumière sur la ville est particulière, atténuée par les vents portant le sable du désert voisin.

Lumière du matin sur Dubaï

Nous avons rendez-vous avec une amie de notre fils, de nationalité britannique, installée depuis plusieurs mois à Dubaï. Elle a pris une journée de congé pour nous faire découvrir Dubaï et nous rejoint dans un centre commercial, Le Dubaï Mall.

Dès l’entrée, je suis impressionnée par les magasins aux enseignes du luxe français. C’est un concentré des magasins présents Place Vendôme et  Avenue Montaigne. Cette visite est incontournable et le centre commercial comporte un vaste aquarium où nagent les requins et les raies aux côtés des plongeurs qui nettoient les parois de verre. On trouve une patinoire qui permet aux enfants de jouer et de s’élancer sur la glace. Un souk très distingué propose des articles orientaux et l’on retrouve les enseignes européennes et internationales.

Aquarium Dubaï (2)

Aquarium Dubaï

Centre commercial

Requins

Le souk très classeLe souk

Patinoire

G et S de dos

Le dernier étage est une plateforme de restaurants qui proposent des cuisines occidentales, orientales et asiatiques. Le concept est intéressant : chacun choisit la cuisine de son choix, les plats sont servis sur un plateau et l’on peut s’assoir où on le désire, ce n’est pas compartimenté, les espaces de repas sont communs. Nous faisons une halte « déjeuner » : les goûts se répartissent entre la cuisine libanaise, indienne et américaine.

En sortant du centre commercial, nous apercevons la tour Burg Khalifa, la plus haute structure humaine, élevée à 828 mètres. Sur le plan d’eau qui nous sépare de l’édifice, se reflètent des écrans publicitaires géants, surdimensionnés. Les passants se révèlent minuscules à la base de ces écrans.

Tour Burg KhalifaLa tour Burg Khalifa

Une autre tour

Extérieur du Centre Commercial

Plan d'eau Dubaï

Ecrans géants

Après cette première visite, notre amie nous fait découvrir son appartement spacieux dans une tour de forme ovoïde, similaire à celles que l’on trouve à Barcelone et à Londres. De son salon, la vue est orientée vers la mer et vers les îles en forme de palmiers, Palm Islands.

Salon de SLes îles entre les tours

Palm IslandsPalm Islands

DubaïUne autre vue de l'appartement

Une activité est programmée dans le désert, mais avant, nous avons le temps de visiter le luxueux hôtel dont l’architecture évoque une voile de bateau, puis le front de mer.

Hôtel Burj Al ArabHôtel Burj Al Arab

Hôtel Burj Al Arab (2)Le front de mer et l'hôtel Burj Al Arab

Nous partons en véhicule 4/4 vers le désert. Une heure trente de trajet pour rejoindre le désert.

Sur la route, notre guide s’arrête sur la piste des courses de chameaux. Ces compétitions sont très prisées des habitants des Émirats Arabes.

Courses de chameaux

Nous arrivons sur le lieu des activités qui se trouve entouré de dunes. Des touristes de diverses nationalités affluent vers le premier spectacle de fauconnerie. Un parcours dans les dunes avec des sensations fortes nous amène vers le crépuscule et l’on assiste à un magnifique coucher de soleil dans une lumière diffuse.

Spectacle de fauconnerie (2)

Spectacle de fauconnerie

Désert

Nous n'étions pas seuls dans le désertNous n'étions pas seuls dans le désert

Coucher de soleil dans le désert

Nous sommes ensuite conduits à un camp de Bédouins, perdu dans le désert, où se trouvent érigées des tentes. Une promenade à dos de chameau démarre la soirée. D’autres activités sont proposées : tatouages au henné, occasion de fumer la traditionnelle chicha orientale, etc…

Promenade à dos de chameau (2)

Nous partageons un dîner barbecue en assistant à un spectacle de danse du ventre. Nous faisons la connaissance d’une sympathique famille danoise, installée professionnellement à Moscou. Les deux jeunes enfants sont ravis de marcher pieds nus dans le sable chaud de cette belle soirée musicale qui achève notre séjour à Dubaï.

Dubaï, c’est le gigantisme, le modernisme tout en gardant les traditions culturellement.

Une belle étape sur notre route vers l’Australie.

Itinéraire vers Sydney

 

Posté par Heminguay à 11:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,